top of page

Politique et subventions, jouez le jeu.

Tout est question de stratégie.


Arlette, une comédie dramatique pas si loin de la vérité


S’il y a bien une chose que j’aime lorsque je prends l’avion, c’est le temps que j’ai à ma disposition pour regarder en rafale certaines sorties cinéma relativement récentes. C’est comme ça que je suis tombée sur Arlette, comédie dramatique québécoise qui s’intéresse à une ministre de la Culture.


On y relate l’éternel combat du financement de la Culture, mais on entre aussi dans les sphères du pouvoir : cabinet des ministres, luttes de pouvoir intestines, stratégies, négociations. Tout y passe.


On y apprend que le ministère des Finances va miraculeusement verser une subvention attendue depuis 7 ans pour la construction d’un théâtre en échange d’une prise de position publique de la part de son directeur. Mais le ministère de la Culture, vexé par cette prise de position, menace le retrait de sa subvention au fonctionnement. Simple fiction ?




Fiction et réalité


Les demandes sont principalement analysées par des chargé.e.s de programmes neutres qui s’en tiennent aux objectifs établis. De nombreux programmes ne passent pas par les mains politiques et vos député.e.s ne peuvent avoir aucune influence sur l’analyse de votre demande.


Mais bien qu’Arlette ne soit une fiction, on ne peut nier l’impact du pouvoir politique sur l’octroi des subventions. Il arrive que certaines demandes puissent faire l’objet de stratégies politiques, même pour des petites subventions.





Comment travailler avec vos député.e.s


Rien de compliqué ! Il suffit juste de le prévoir dans vos stratégies.


- Étape 1 : travaillez en amont

Lorsque vous avez des projets de développement, prenez le temps de rencontrer votre députation locale pour lui présenter votre organisme, son impact dans la communauté et votre vision à moyen terme (c’est-à-dire le temps de leur mandat). Commencez à la sensibiliser sur vos futurs besoins. Ainsi, elle ne sera pas étonnée d’avoir de vos nouvelles dans l’étape 2. Il se pourrait aussi que vous receviez de l’information spécifique qui pourrait vous être utile.


- Étape 2 : gardez vos député.e.s informé.e.s

Après avoir fait une demande de subvention, contactez votre bureau de comté et donnez-lui le numéro de votre demande. Ne le faites pas pour toutes vos demandes, vous allez perdre son attention. Choisissez des demandes pour lesquelles vous avez besoin d’un petit coup de pouce. Il se peut que votre député.e ne puisse absolument rien faire. Mais, tout comme dans Arlette, rappelez-vous qu’il se passe beaucoup de choses dans les couloirs des Parlements.


Cette petite stratégie n’est pas étrangère à l’obtention d’une subvention sur laquelle j’ai collaboré récemment. Pensez-y !



Abonnez-vous à l'infolettre

Commenti


bottom of page